En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies à des fins statistiques anonymes.
En savoir plus sur la gestion des cookies

Expositions

1968 / Les femmes

Publié le mardi 17 avril 2018 11:33 - Mis à jour le mardi 17 avril 2018 12:10

Cela fait maintenant cinquante ans que mai 68 agite notre inconscient collectif. Cette date marque un tournant dans la société française mais aussi un tournant dans la vie des Françaises. Depuis tant d’années la femme était entravée par des dictats d’un autre temps et mai 68 a été le moment pour elles de ne plus dire oui.  Notre panneau veut interroger la condition des femmes à cette époque et leur capacité à parler pour elles-mêmes.

On se rappelle qu’en 1968, à l’université de Nanterre, c’est l’interdiction pour les garçons de se rendre dans l’internat des filles qui déclencha la contestation. Hommes et femmes se sont battus pour des droits communs, mais des femmes courageuses ont aussi su faire entendre leurs voix, singulières et collectives, et crier haut et fort les revendications proprement féministes. Egalité des sexes, nouvelle image de la femme, remise en cause des hiérarchies : tels furent leurs mots d’ordre.

Mais ces voix étaient encore trop rares. Dans les journaux qui paraissaient en 1968, c’est bel et bien l’image de la femme ménagère qui persistait. Lorsqu’une femme apparaissait dans un journal c’était pour une publicité, c’était pour un concours de beauté, c’était pour donner des conseils d’économie domestique.En 1968, une femme n’était pas une femme, c’était une épouse et une mère avant tout. Dans la presse, à la rubrique « pour vous les femmes », on trouvait des recettes de cuisine, des conseils de beauté pour plaire davantage à son mari, d’astuces pour mincir…  « La fête des mères avec Moulinex », « Offrez pour la fête des mères un ouvre boîte électrique » : les publicitaires savaient faire plaisir aux femmes à l’époque !

Malgré ces stéréotypes avilissants épinglés sur la tête des femmes, certaines osaient se rebeller et dire « NON ! ». Cinquante ans plus tard, toutes les femmes veulent leur dire merci et marcher dans leurs pas pour qu’une femme soit avant tout une femme.

 

FLAVIE